Creative Commons License

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

lundi 2 mai 2016

مَثَلُ مَا بَعَثَنِي اللَّهُ بِهِ مِنْ الْهُدَى وَالْعِلْمِ la parabole du semeur du prophète Issa interprétée par un hadith du prophète et un verset du Coran (recit pictural Qul Huwa Allahu Ahad)

Bog d'origine AHLU AL KITAB : أهل الكتاب GENS DU LIVRE:
مَثَلُ مَا بَعَثَنِي اللَّهُ بِهِ مِنْ الْهُدَى وَالْعِلْمِ


4232 - عَنْ أَبِي مُوسَى عَنْ النَّبِيِّ r قَالَ إِنَّ مَثَلَ مَا بَعَثَنِيَ اللَّهُ بِهِ عَزَّ وَجَلَّ مِنْ الْهُدَى وَالْعِلْمِ كَمَثَلِ غَيْثٍ أَصَابَ أَرْضًا فَكَانَتْ مِنْهَا طَائِفَةٌ طَيِّبَةٌ قَبِلَتْ الْمَاءَ فَأَنْبَتَتْ الْكَلَأَ وَالْعُشْبَ الْكَثِيرَ وَكَانَ مِنْهَا أَجَادِبُ أَمْسَكَتْ الْمَاءَ فَنَفَعَ اللَّهُ بِهَا النَّاسَ فَشَرِبُوا مِنْهَا وَسَقَوْا وَرَعَوْا
وَأَصَابَ طَائِفَةً مِنْهَا أُخْرَى إِنَّمَا هِيَ قِيعَانٌ لَا تُمْسِكُ مَاءً وَلَا تُنْبِتُ كَلَأً فَذَلِكَ مَثَلُ مَنْ فَقُهَ فِي دِينِ اللَّهِ وَنَفَعَهُ بِمَا بَعَثَنِيَ اللَّهُ بِهِ فَعَلِمَ وَعَلَّمَ وَمَثَلُ مَنْ لَمْ يَرْفَعْ بِذَلِكَ رَأْسًا وَلَمْ يَقْبَلْ هُدَى اللَّهِ الَّذِي أُرْسِلْتُ بِهِ صحيح مسلم - (ج 11 / ص 395) صحيح البخاري - (ج 1 / ص 141)

فتح الباري لابن حجر - (ج 1 / ص


Ce qui signifie : « La bonne guidée et la science avec lesquelles Allah m’a envoyé sont à l’exemple d’une pluie qui est tombée sur un terrain ; du premier terrain une bonne partie a accepté l’eau, a fait pousser le pâturage et beaucoup d’herbe. Du second  terrain des zones arides ont retenu l’eau, et Allah en a fait profiter les gens. Ils en ont bu, ont arrosé et semé. Une autre partie de la pluie a aussi atteint un terrain qui ne retient pas d’eau et ne fait pas pousser de pâturage. 

Celui ci est à l’exemple de celui qui a eu de la science dans la religion agréée par Allah et qui a profité de ce pour quoi Allah m’a envoyé et  l'enseigné. Celui là est semblable à celui qui n’en a pas profité et qui n’a pas accepté la bonne guidée de Allah avec laquelle j’ai été envoyé ». [Rapporté parAl-Boukhariyy et Mouslim]

Comparez maintenant cette parabole (Un MATHAL en arabe c'est aussi une parabole) du prophète Mo avec la parole du prophete Is . (vous avez compris bien sûr les musulmans ne font pas de différence entre lles prophetes ;-). C'est la même chose.) Lisez là et juste aprés je vous explique la symbolique des chiffres par le Coran. 
 " Voici que le semeur sortit pour semer.
4Et pendant qu'il semait, des (grains) tombèrent le long du chemin, et les oiseaux vinrent et les mangèrent.
5D'autres tombèrent sur les endroits pierreux, où ils n'avaient pas beaucoup de terre, et ils levèrent aussitôt, parce que la terre était peu profonde;
6mais, le soleil s'étant levé, ils furent brûlés et, parce qu'ils n'avaient pas de racine, ils se desséchèrent.
7D'autres tombèrent parmi les épines, et les épines montèrent et les étouffèrent.
8D'autres tombèrent dans la bonne terre, et ils donnèrent du fruit, l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.
9Que celui qui a des oreilles entende! "

     Je rappelle le Hadith du prophéte:

« La bonne guidée et la science avec lesquelles Allah m’a envoyé sont à l’exemple d’une pluie qui est tombée sur un terrain ; du premier terrain une bonne partie a accepté l’eau, a fait pousser le pâturage et beaucoup d’herbe. Du second  terrain des zones arides ont retenu l’eau, et Allah en a fait profiter les gens. Ils en ont bu, ont arrosé et semé. Une autre partie de la pluie a aussi atteint un terrain qui ne retient pas d’eau et ne fait pas pousser de pâturage. 

Celui ci est à l’exemple de celui qui a eu de la science dans la religion agréée par Allah et qui a profité de ce pour quoi Allah m’a envoyé et  l'enseigné. Celui là est semblable à celui qui n’en a pas profité et qui n’a pas accepté la bonne guidée de Allah avec laquelle j’ai été envoyé ». [Rapporté parAl-Boukhariyy et Mouslim]




Le prophète Mohammed (psw) et le prophète Issa (Jesus) font exactement la même parabole. L'un confirme les propos de l'autre. L'image utilisée est celle de l'agriculteur qui séme et qui doit récolter. Il y a trois possibilités, deux sont mauvaises l'une est bonne. Dans le Hadith du prophète il y a aussi 3 possibilités mais 2 sont bonnes et l'une seulement mauvaise. Pourquoi ? interessant dans cette confrontation entre l'évangile et le Coran.

Le prophète Issa dit à ses compagnons (HAWARIYIN° ceux qui ont des oreilles entendent . Mais est ce logique ? quand on a des oreilles on a forcément entendu non ? la réponse à cette question est dans le coran. Il y a les oreilles que nous avons sur notre tête et il y a ce que le coeur entend, avec ou sans oreilles. Donc le prophéte Issa leur a demandé en fait s'ils avaient un coeur vivants ou si leurs coeurs étaient morts. Un homme dont le coeur est mort ne peut acquérir aucun savoir cela c'est le prophète qui nous l'a enseigné. Le savoir dont on parle ici ce n'est pas les mathématiques ou la géographie ou la biologie, cela tout le monde le sait, le savoir dont on parle c'est le savoir de connaître et reconnaître la parole de dieu quand elle nous interpelle. Le prophète Issa était justement entrain d'interpeller ces gens. Pour nous dans le Coran n'oubliez pas que le prophéte Issa est ni plus ni moins qu'un PAROLE d'Allah, un mot ou une phrase ou un livre si vous preferez, c'est un secret d'Allah personne n'a encore compris cette idée: que un homme soit décrit par Allah comme étant une parole d'Allah ni plus ni moins. Cela veut dire au moins une chose: Le prophète Issa a donc parlé d'Allah toute sa vie sans discontinuer puisqu'il était une parole de lui.

Pour Le prophète Mohammed la seule science qui vaille est la science du coeur. Pourquoi ? tout simplement parce qu'il dit que le rappel de la mort fait revivre les coeurs et que les gens qui ne se rappellent pas d'Allah tout au long de leurs journées sont des morts vivants. , donc Allah a parachevé la religion en augmentant les possibilités de misericorde pour les musulmans ou les muslim si vous preferez. Il nous a révélé que le coeur n'est pas qu'un machine biologique comme on le prétend maintenant mais l'emplacement de l'âme, de la véritable vision de la veritable audition et de la véritable pensée.

Comme le dit le prophète Issa que ceux qui ont des oreilles entendent et aprés le prophète Mohammed je rajoute que ceux qui ont des yeux voient. Vous ne verrez ni n'entendrez de toutes façon que si Allah le veut.

Mais ce n'est pas le seul point


Bismi Allahi Arahmani Arahimi In Nominem Dei

Nous sommes donc dimanche aujourd'hui c'est un bon jour pour penser à notre bien aimé prophète ISSA (alahi Salam), Jesus Fils de Marie, Issa Ibnu Maryam.


Cette parabole on l'appelle donc la parabole du semeur. Soit dit au passage le prophète disait du prophète Issa c'est mon frère. Donc le prophète Issa dit que les graines semées sur la bonne terre donnent (100,30 et 60). 'est d'une multiplication de la bonté d'Allah qu'il s'agit là.

En Islam aussi il existe de tels multiplicateurs de la bonté d'Allah et de sa Baraka (bénédiction) dans la sourate qui suit (al baqara) les multiplicateurs sont (1,7,100) : En effet Allah dit dans le Coran que  un grain
produit sept épis contenant chacun cent grains . donc (1*7*100=700)

 Donc il y a 3 mutiplicateurs: (30, 60 100). C'est de la bonté d'Allah multipliée, comme si vous trouviez une recompense dans la recompense ou un fruit dans le fruit. (HUSN FIL HUSN en arabe)

Nous avons d'autres multiplicateurs de la bénédiction d'Allah comme cela dans le Coran. Par exemple 1 hassana (1 bonne action) Allah la multiplie par 10 (1*10 = 10).









 Si vous jeûnez 3 jour dans le mois c'est comme si vous aviez jeuné 30 jours. (3*10=30) le coefficient multiplicateur est donc de 10. Nous prions 5 fois par jour mais Allah nous les compte 50: (5*10=50)









Mais parfois les coefficients multiplicateurs sont beaucoup plus importants. Le prophète a expliqué par exemple que lire 3 fois Qul Huwa Allahu Ahad c'est comme lire le Coran tout entier. Le nombre de versets dans Qul Huwa Allahu Ahad est compris entre 6204 et 6236 il dépend  du découpage adopté.

Dans Qul Huwa Allahu Ahad il y a 4 versets. Le coefficient multiplicateur est donc ici de 1550 et un peu plus. C'est comme ça qu'il faut comprendre le verset de la sourate Baqara (la vache) qui dit: "Dieu multiplie Sa récompense à qui Il il veut.

Allah rend le mal par le mal lui même (pour chaque mauvaise action un pêché, une punition) et il rend le bien par beaucoup plus qu'on ne lui a donné ou à quoi on s'attend






C'est ce qu'on appelle chez les arabes la Baraka (la bénédiction). Le prophète Issa l'a comparée dans un autre hadith à de la levure. Vous avez un tout petit peu de farine, vous mettez dedans de la levure et il devient ennorme. Les chrétiens disent "comme par la magie du Saint esprit", sous une forme de louange au sens de AJIIB (surprenant envoutant) dans le Coran.




Sourate La Vache (Al Baqara), v 161

[261] Ceux qui dépensent leurs biens pour la Cause de Dieu sont à l’image d’un grain qui produit sept épis contenant chacun cent grains. C’est ainsi que Dieu multiplie Sa récompense à qui Il veut, car Dieu est Omniprésent et Omniscient. [262] Ceux qui dépensent leurs biens pour la Cause de Dieu, sans chercher à en tirer vanité ni à porter préjudice à autrui, ceux-là trouveront leur rétribution auprès de leur Seigneur et n’auront à éprouver ni crainte ni peine.
[263] Une seule parole agréable, une simple excuse valent mieux qu’une aumône suivie de propos désobligeants. Dieu Se suffit à Lui-même et Il est Plein d’indulgence. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire