Copyright Mme G.W. Bush Jr nacida ...

Copyright Mme G.W. Bush Jr nacida ...
Copyright Mme G.W. Bush Jr nacida ... IRREVOCABLE

vendredi 14 juillet 2017

TO MY beloved AMERICAN KING: surely you're sleeping well now. i'ts day in tangier. That's my meditation on YOUR CALL



Lettre d’un re-converti ; l’APPELl, le CALL : lamma sami3u addikr.

Les chrétiens  baptistes américains appellent cela le CALL : l’APPEL. C’est comme un appel téléphonique, vus ne savez pas pourquoi, mais l’envie vous vient brusquement, parfois aprés moult hésitations, de quitter votre vie présente avec ses turpitudes et de vous engager sur la voie de dieu.  Je pars en direction de de mon dieu disait le prophéte Loth dans le Coran. (inni muhajirun illa rabbi). Ce changement est totalement inattendu, même s’il a été préparé par beacoup de recherches de lecture et d’ études.  C’est une occasion qui s’offre, une porte tout d’un coup qui s’ouvre. Le prophéte  (salla allahu alayhi wa sallama tasliima wa ala aalih) dit par exemple que Allah a regulièrement des élans de misericorde (nafahaatun min rahmatih) des élans de misericorde qu’il ne faur pas rater ; parce que nul ne sait quand  ils se renouvelleront.
Ce voyage que tout d’un coup nous entreprenons vers dieu, Allah,  par lequel nous quittons nos doute vers un chemin de certitude, ce voyage n’est pas forcément physique (la hijra comprise au sens strict du terme : laa hijrata ba3da al fath wa lakin jihad wa niyya), il est un voyage interieur et exterieur, un voyage d’une vie sans prière vers une vie de prières, d’une vie sans les cinq piliers de la foi vers une vie au sein de la nation de l’islam et des musulmans.
En arabe et dans le Coran, on dit s’agissant des gens qui sont atteint par le call, l’appel, on dit d’eux qu’ils ont entendu le Dikr (sami3u addikr) ils ont entendu leur évocation (leur dikr) par dieu, par Allah. C’est en effet Allah lui même qui a jeté sur nous un de ses Regards, s’est apitoyé sur notre sort et a  décidé tout d’un coup de nous faire rentrer dans l’islam, sous les ailes de sa miséricorde.   Pour entendre l’appel divin, il y a un préalable : il faut d’abord qu’allah nous pardonne pour que nous puissions nous repentir (yatuubu 3layhim liyatuubuu).  Et une fois que nous nous sommes repentis, il nous faut nous engager sur la voie d’allah sans hésitation, parce que toute forme d’hésitation nous ferait perdre le capital de foi acquis. Et la libération spirituelle qui est venue avec le call. 
La magie du call, du Dikr est unique : parce que rien ne vaut pour un coeur d’homme que d’entendre l’appel de Dieu. Le Dikr reveille les coeurs et les purifie avec les larmes.  Et avec le coeur ce sont les cinq sens et l’esprit qui se reveillent : notre vue devient limpide, notre ouïe perçante,  notre odorat trés fin,  et notre esprit carbure à pleine vitesse.
C’est comme si nous entendions de bon matin et par surprise une douce musique qui nous appelle à l’écouter, plus nous l’écoutons, plus nous l’aimons, plus nous l’aimons plus nous avons envie de la suivre pour ne pas la perdre de vue, pour ne pas perdre tout d’un coup cette vision sonore que nous avons eu de l’harmonnie du monde dans la soumission à Dieu.  Cette musique que nous entendons c’est en réalité celle de notre coeur spirituel qui s’est remis à battre dans notre corps physique.  C’est notre coeur qui a été touché par le chant de la grâce et ce faisant il se remet à battre : comment bat-il ?
Dans la joie d’avoir été touché par l’appel, nous nous mettons à invoquer Allah au plus vite, plus nous l’invoquons plus il nous évoque et éveille notre coeur.  Il ouvre notre poitrine à la foi, (yashrahu sadrana lil’imane), alors qu’auparavant nous avions un coeur dur comme la pierre totalement obnubilé par les affaires du monde matériel, et une poitrine  aussi serrée que peut l’être celle d’un homme qui gravite vers le ciel (c’est l’image que donne le coran) sous les effets conjugués de la pesanteur et de la vitesse.
L’appel commence ainsi, par la libération du coeur qui se remet à vivre et des cinq sens de notre corps, , ensuite il faut ne pas se perdre dans ce tourbillon magique qu’est la misericorde divine. Moi pour ne pas me perdre et être rappelé dans mes illusions perdues, je me suis re-converti : je me suis enchainé au dikr (à l’évocation l’invocation et le rappel d’allah).
 je m’enchaîne au dikr par la prière la lecture du Coran et le jeûne. Je ne veux surtout pas perdre tout le bonheur que j’ai entrevu un matin à ma fenêtre et  l’éveil de mon coeur : le réveil du Dikr, l’appel, le call.  En agissant ainsi (Salat Coran et jeûne) je  me préserve et alimente et nourrit ma foi ; en attendant que Allah veuille bien illuminer mon coeur de sa présence infinie et intemporelle,
Un jour Allah a dit au prophéte IDRISS Enoch (Paix et salut sur lui) :  , sais tu mon serviteur que tu m’évoques et m’invoques autant que la moitié de la population du monde ?
 ya allah, Ya Wali,  ya noura assamawaati wal ard,
O Seigneur, Ô Allah, ô lumière du ciel et de la  terre !

Que la prière (Salat) le salut (Salam) et le commandement de soumission (Taslim) soient sur le prophéte Mouhammad et sa descendance.  Amin ya rabb al alamine, Amen Ô Seigneur de tous les mondes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire